Salvatore Puglia – Inventaire

Exhibition from July 6th to August 8th, 2015 

Rendez-vous vendredi 10 juillet de 18h à 21h avec Salvatore Puglia, Rodolphe Burger, Philippe Poirier et Laura Serani, commissaire de l’exposition.

La trentième année  

“Au début des années 80 je travaillais comme chercheur au service des archives historiques de Rome. Mais je m'y sentais à l'étroit et ma quête d'une vérité donnée périclitait déjà. Je piquais des petits bouts de papier dans les dossiers des XVIII et XIX siècle, souvent du papier brouillon qui avait servi à essuyer les plumes des scribes ; j'en faisais des collages et des aquarelles que j'envoyais à mon ami Rodolphe Burger, qui à l'époque enseignait la philosophie en Alsace. A mon insu, Rodolphe collectait ces travaux et, quand il estima en avoir assez, se mit à démarcher les galeries. Un jour de l'été 1985 il m'écrivit que j'allais avoir une exposition à la galerie Adeas de Strasbourg. 

Je pris un train (à l'époque il y avait encore des trains de nuit qui traversaient l'Europe) et arrivais à la gare de Strasbourg un matin très tôt. Rodolphe m'attendait sur le quai, accompagné d'un autre grand type d'arien, Philippe Poirier. Ils m'accompagnèrent prendre le petit déjeuner dans le seul bistrot ouvert à six heures du matin, le Cafè Italia. Sur la porte vitrée, la vue d'une affiche me frappa comme un coup de poing : Salvatore Puglia, exposition, Falsapartenza. 

Pendant une semaine Philippe, qui ne me connaissait pas auparavant, m'aida à monter cette première exposition, à l'issue de laquelle je pris le courage de quitter mon travail et mon pays pour aller voir si j'étais aussi "autre chose".
Rodolphe et Philippe sont, avec les amis qui m'accueillirent à mon arrivée à Paris, les responsables de ma présence à Arles, comme artiste, en 2015. Tout ce que vous verrez dans cet Inventaire, c'est de leur faute.”  

Texte : Salvatore Puglia

 En collaboration avec galerie  SIT DOWN 

 En collaboration avec galerie  SIT DOWN 

Screen Shot 2021-01-10 at 7.28.23 PM.png

A.W. chez les Hopi 01, 2011 

© Salvatore Puglia courtesy galerie Sit Down

A propos de l’exposition à Galerie Huit Arles 

L'art de l'histoire 

“ L'Inventaire de Salvatore Puglia est un voyage dans le temps, un travelling en accéléré.
Un inventaire du réel et un inventaire des travaux d’un artiste qui collectionne des traces du passé et recourt à plusieurs langages pour donner forme à son imaginaire et à ses propos.
Historien, Salvatore Puglia a fait de l'histoire matière de création et, en partant de documents anciens aussi bien que de textes classiques, de photos d’archives ou d’albums de famille, il suit depuis des années un procédé de relecture “artistique“ de l’histoire. 

En élaborant mémoire collective et privée, Puglia poursuit une réflexion sur des thèmes tels que l’héritage culturel, l’évolution des questions identitaires ou celle de l'usage du paysage.
Dans ses images labyrinthes et dans les dernières interventions directes sur le paysage ou sur ses ouvres antérieures, il glisse souvent des indices du présent, pour une stratification de signes et de messages. 

De Leçons d’anatomie et Inventarium que nous avions présenté à la Fnac à Paris en 1992 et en 2005, jusqu'à Inventaire, aujourd’hui à Arles, Salvatore Puglia n’a pas arrêté d’élargir le spectre de ses recherches autant par rapport aux sujets de ses investigations qu’aux supports utilisés. Une sélection de ses travaux de toutes sortes, réalisés ces derniers dix ans, dessinent ici un parcours qui s’articule dans et en fonction des espaces si particuliers de la merveilleuse maison galerie de Julia de Bierre. 

Entre Wunderkammer et bureau de la propagande, un premier petit espace réunit ainsi un recueil important d’ “ex-voto“ enchâssés en plomb, de publications, des livres, des productions sur papier et des documents sonores. Une installation “L’art de la guerre“ prêtée par l’ESPE de Nîmes, redessine la cour que l’on traverse pour rejoindre un troisième espace, aux allures de dépôt, où l’on retrouve encore des œuvres, comme “accumulées“ au fil du temps. 

En dehors de toute classification et sans limites, ses travaux résultent d’une variété de langages, du dessin à la vidéo, et de techniques, du collage à la couture, où la contamination règne en permanence et participe du caractère “atypique“ de son œuvre.
Cette grande ouverture a porté aux rencontres les plus diverses, souvent à l'origine de collaborations, parfois ponctuelles, parfois suivies, avec des philosophes, des musiciens, des poètes. Au même temps, des amitiés, comme celle avec Rodolphe Burger ont été rythmées, éclairées par des créations communes, depuis la pochette du Beggar’s Law jusqu’au nouvel album et à la lithographie de Rodolphe Burger & Philippe Poirier Play Kat Onoma, dont Salvatore a réalisé les dessins. 

Avec Salvatore et Rodolphe à Arles nous nous sommes déjà retrouvés, les étés des années 80, quand avec nos amis italiens l’on se donnait rendez-vous dans le sud de la France, puis avec Dernière Bande, le groupe de Rodolphe à l’époque, invité en 1986 - après la soirée Rock & Photo, organisée avec Alain Dister et la Fondation Fnac - à jouer pendant les Rencontres, avec la complicité confiante de François Hébel, tout jeune directeur du festival et celle, plus inquiète, de Maurice Rouquette qui avait accepté d’ouvrir au rock les portes de la Commanderie de Sainte Luce. 

Longtemps après, un nouveau rendez-vous cette année, avec Rodolphe au Théâtre Antique et Salvatore à la Galerie Huit où Françoise Bornstein et sa galerie parisienne Sit Down, est une fois encore invitée à prendre ses quartiers d’été.
Et, dans l’exposition - à coté des œuvres sur toile, verre et miroir - une sélection de vidéos-art ainsi que des dessins réalisés pour des publications, des livres et des disques, illustrant les étapes d'un parcours souvent partagé.” 

Texte Laura Serani
Commissaire de l’exposition 

About the Artist

Né à Rome en 1953, Salvatore Puglia a fait des études d’Histoire. Après avoir travaillé dans le domaine de la recherche, il commence à exposer ses montages en 1985. Depuis, son activité d’artiste s’est toujours accompagnée d'investigations sur les sources documentaires des images, selon une pratique qui considère les traces de l’histoire comme de la matière à transformer. “Je tombe, d'abord, dans les bibliothèques ou dans les archives historiques, sur une image, qui me frappe pour une raison qui m'est inconnue“. La genèse du travail de Salvatore Puglia consiste à subtiliser des images au passé, puis à les reproduire tout en jouant sur la transparence des supports ainsi que sur la lecture de ces derniers. “Salvatore Puglia inscrit l’autre“ selon J. Derrida, et travaille donc par greffes d’identités successives. Parallèlement à ses expositions, l’artiste plasticien a publié dans les revues Quaderni storici, Détail, Linea d’ombra, Revue de Littérature Générale, Vacarme, Lo sciacallo, Mediamatic, Issues in Contemporary Culture and Aesthetics, Any. Il a édité le volume collectif Via dalle immagini / Leaving Pictures (Salerne, 1999) et organisé les expositions Iconografie transitorie (Rome, 1999) et Memoria e storia (Naples, 2011). Aujourd’hui, Salvatore Puglia vit et travaille à Nîmes.